XXVème Edition de la JMFR

« Quelles opportunités pour l’autonomisation des femmes et des filles vivant en milieu rural en période de crise sanitaire due au Coronavirus »

Délocalisée cette année 2020 dans le département du Nyong et So’o et dans la localité de Ngat-Bane précisément, la Journée Mondiale de la Femme Rurale s’est célébrée le 15 octobre sous le signe de la sensibilisation pour la lutte contre la Covid-19, et l’engagement des femmes à s’autogérer au travers de l’entrepreneuriat.

L’année précédente à Endom et cette année à Ngat-Bane, le label reste le même : sortir la femme de la dépendance et de la précarité, d’où le thème évocateur ci-dessus. Aussi, les femmes du Nyong et So’o, organisées en réseaux d’associations et en Groupes Intercommunautaires (GIC), accompagnées des élites de la région, se sont-elles investies pour présenter leur savoir-faire, et exprimer leurs doléances au gouvernement ici représenté par la Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille. Les réalisations des femmes et des filles à Mbalmayo, Avebe et Mengueme ont marqué les esprits. Une usine de production et de transformation du manioc, production d’amidon de manioc destiné aux industries alimentaire, pharmaceutique, textile… regroupant plusieurs associations partenaires, encourage l’initiative féminine dans le domaine de l’agro-pastoral. Il s’agit de l’Organisation pour le Développement des Femmes (ODEFCOM) et des Communautés-Société Coopérative de Producteurs de Manioc (SCOOPMAN-COOPCA). Les produits issus des champs, en l’occurrence le manioc (à Mbalmayo), et d’autres cultures telles que du plantain, des avocatiers, des papayers, des légumes… (à Avebe et à Mengueme) constituent l’essentiel de la survie des familles, et de l’économie de la zone, avec une marge écoulée dans la Sous-région. D’autres pôles d’exploitation existent dans la zone avec l’appui du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille qui, à travers sa Délégation et d’autres administrations, soutiennent les femmes par la sensibilisation et d’autres formations. Le contexte étant marqué par la Covid-19, les femmes ont été formées dans la fabrication du savon, du gel hydro alcoolique, du javel, la confection des masques etc… Au travers des causeries éducatives, elles ont encore été sensibilisées sur la dangerosité du fléau, et la nécessité de respecter les mesures barrières tel qu’instruit par le Chef de l’Etat, son excellence Paul Biya. Aussi, les femmes ont-elles, à travers une foire-exposition, présenté les produits de leurs plantations et d’autres issus des formations reçues. Ce qui dénote leur volonté ardente à s’autonomiser.

Madame Rosalie Atangana, présidente de la CAFEM (Concertation des Associations des Femmes), s’exprimant au nom de toutes les femmes, a présenté leurs doléances qui portaient sur l’amélioration de leurs conditions de vie et l’aide à l’entrepreneuriat. Y faisant suite, la MINPROFF a donné la réponse du gouvernement qui se veut progressive mais pérenne. A cet effet, Madame Abena Ondoa née Obama Marie Thérèse, qu’accompagnaient les responsables et les représentants du Ministère des Affaires Sociales (MINAS), du Ministère de l’Élevage, des Pêches et des Industries Animales (MINEPIA), le Ministère de l’Administration Territoriale (MINAT), l’IRAD, ONU Femmes, le Fonds des Nations Unies pour les Populations (UNFPA), le Cercle des Amis du Cameroun (CERAC)…, a procédé à la remise du matériel agricole aux groupes de femmes. Ces dernières ont entre autres  reçu : des moulins à écraser, des mini-poulaillers, des brouettes, des machettes, des houes, des pelleteuses, des intrants agricoles, des sacs de riz…  Les femmes du Nyong et So’o ont ainsi saisi l’occasion pour dire « merci » aux autorités présentes et au gouvernement entier. Par la bouche de la matriarche madame veuve Okala Ndi (92ans) et à travers un poème encensant la femme, les femmes ont émis le souhait de revoir le MINPROFF et tous ses partenaires à Ngat aux prochaines occasions.