No announcement available or all announcement expired.

Audiences

REVUE DE LA COOPERATION ENTRE LE FONDS DES NATIONS UNIES POUR LA POPULATION (UNFPA) ET LE MINISTERE DE LAPROMOTION DE LA FEMME ET DE LA FAMILLE

197

          Le vendredi 19 juillet 2019, à partir de 13 heures 30 minutes, dans la Salle de Conférences du Ministère, Madame le Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille a reçu en audience Madame SITI BATOUL OUSSEIN, Représentante du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) dans le but de passer en revue la collaboration entre son organisme et le MINPROFF.

Plusieurs dossiers ont été évoqués, notamment :

  • La campagne de l’UNFPA pour l'élimination de la fistule obstétricale. Cette activité est marquée par la distribution des fournitures médicales, des formations et des appuis en faveur de la prévention et du traitement de la fistule obstétricale, et la mise en œuvre des programmes de réinsertion sociale. L’UNFPA dans ce cadre renforce également les services de santé maternelle et les services obstétricaux d’urgence afin de prévenir l’apparition de cette lésion. Cette campagne bénéficie du très haut parrainage de la 1ère Dame qui a fait don préalable d’un montant de six (06) millions de FCFA remis au Ministre de la Santé Publique, pour appuyer les opérations chirurgicales des victimes de fistules. A ce sujet, une 1ère réunion de concertation pour la mise en place d’une stratégie d’optimisation de cet appui est envisagée dans les prochaines semaines. Elle souhaite que des icônes du sport et de la musique soient des ambassadeurs pour cette noble cause.
  • Le projet Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend (SWEDD) à l’ordre du jour de la réunion interministérielle en marge du premier Sommet Africain sur les Mutilations Génitales Féminines et les Mariages d’Enfants qui s’est tenue du 15 au 18 juin 2019 à Dakar et auquel de Ministère a pris part, représenté par Madame le Conseiller Technique N°2. ce projet a été lancé en novembre 2015 dans sept (07) pays (Burkina FasoCôte d’IvoireMaliMauritanieNigerTchadet Benin) avec le soutien financier de la Banque mondiale, l’appui technique du Fond des Nations Unies pour la population (UNFPA) et de l’Organisation Ouest Africaine pour la Santé (OOAS)  pour accroître l’accès des femmes et des adolescentes à la santé sexuelle et reproductive, notamment la planification familiale volontaire et la santé maternelle. Cette initiative régionale améliore également la santé et la nutrition des enfants, renforce l’éducation des filles et s’emploie à mettre fin au mariage des enfants et à d’autres pratiques néfastes. L’objectif global de cette initiative répondant à l’appel lancé par les Présidents des pays du Sahel, est d’accélérer la transition démographique, de déclencher le dividende démographique et de réduire les inégalités de genre dans la région du Sahel. Pour la phase 2, en 2020, le SWEDD 1 ouvre sur trois (03) pays à savoir : le Cameroun, la guinée et le Sénégal. Comme perspectives une séance de restitution multisectorielle de ces travaux de haut niveau sera accompagné par l’UNFPA. Il sera concrètement question de susciter les contributions des uns et des autres pour démontrer la pertinence d’intégrer le Cameroun dans la deuxième phase de ce projet.
  • Le troisième dossier abordé a été la cérémonie de présentation des vœux pour le 50ème anniversaire de la création de l’UNFPA couplée au 25ème anniversaire de la CIPD, au cours de laquelle a bénéficié des marques de sympathie du Ministre de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du Territoire notamment une belle gerbe de fleurs et du Champagne. L’activité était ponctuée de messages forts relatifs à la santé sexuelle et de reproduction et a fait connaitre les préoccupations du Ministre quant à la disponibilité des données. Elle a clos ce point en rappelant l’importance pour le Cameroun de participer au Sommet des Chefs d’Etats financés par le Danemark et le Kenya à Nairobi du 12 au 14 novembre 2019.
  • La dernière articulation de la revue des activités avec l’UNFPA a porté sur celles menées dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest relatives au VBG en contexte humanitaire et la prise en charge psychosociale. L’UNFPA en collaboration avec OCHA, travaille en droite ligne avec la direction de la protection civile. Elle a fait connaitre que dans ce cadre, cet organisme utilise des équipes nationales à Bamenda et Buea et que la mise en œuvre des GBVIMS se poursuit. Des stratégies sont étudiées pour contourner les difficultés liées au manque de ressources et compétence techniques. En outre, la DDPROFF Mezam a bénéficié de l’appui à la mise en place d’un espace sûr.il est question à ce niveau d’étudier les mesures de pérennisation desdits espaces après les fonds humanitaires car ces espaces a ajouté Madame la Représentante sont jugés essentiels. Le vœu étant que les victimes puissent surmonter la peur et bénéficier d’une prise en charge effective en santé de la reproduction.

         Dans l’Extrême-Nord, il est question pour l’UNFPA de travailler dans le nexus humanitaire, développement et paix. Le besoin est de coordonner ses programmes pour ses communautés autour du bassin du lac Tchad afin de mutualiser les ressources. Selon elle, le Cameroun a des expériences qu’il pourrait partager avec les autres pays.

 

APPUI AU PROCESSUS DE DEMANDE D’ELIGIBILITE DU CAMEROUN AU FONDS DE CONSOLIDATION DE LA PAIX DES NATIONS UNIES, LE PNUD COMPTE SUR LES FEMMES

022 (2)         Le mercredi 15 mai 2019, à partir de 14 heures 30 minutes, dans la salle de conférence du Ministère, Madame le Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille a reçu en audience Madame BAYARD Mariama GAMATIE, Conseillère en Paix et Développement. La raison de sa présence au Cameroun est l’appui au processus de demande d’éligibilité du Cameroun au Fonds de Consolidation de la paix des Nations Unies.

         Cette visite de courtoisie, d’information et de caution du Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille pour mener à bien sa mission et atteindre ses objectifs en terre camerounaise, a permis à l’illustre hôte de rappeler que la paix est une affaire de tous et sa consolidation appelle une appropriation nationale, l’objectif étant d’aboutir à l’apaisement de la situation. Elle a dit avoir défini sa démarche sur la base d’un processus participatif qui devrait être développé en termes de projets ou d’initiatives pour appuyer les efforts de consolidation de la paix au Cameroun.

Par ailleurs, tout en saluant la présence de son hôte dans le cadre de la recherche de la paix en impliquant les femmes et précisant que sa présence était vivement attendue, preuve de l’importance accordée par la très haute hiérarchie à cet enjeu national telles que le démontrent les correspondances successives du PNUD et du Ministre d’Etat Directeur du Cabinet Civil de la Présidence de la République, Madame le Ministre a mis en exergue le contenu de sa déclaration le matin même, à l’occasion de la commémoration de la Journée Internationale de la Famille dont le thème portait sur les défis et perspectives de la situation socio politique dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

         Les actions d’envergure menées par le Département ministériel dont elle a la charge en vue de contribuer à la dynamique gouvernementale de consolidation de la paix ont été longuement développées et l’enjeu de la paix, vital pour le Cameroun a été discuté sous le prisme de l’importance de la femme compte tenu de sa vulnérabilité et de sa résilience. L’aide des Nations Unies est par conséquent la bienvenue pour transformer la femme en agent de la paix.

 

 

MADAME AISSA DOUMARA NGATANSOU, PREMIERE LAUREATE DU PRIX SIMONE VEIL SUR LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES BASEES SUR LE GENRE (VBG) ET LE MARIAGE PRECOCE PRESENTE SON PRIX AU MINPROFF

220Le mardi 26 mars 2019, à partir de 14 heures, dans la salle de conférence du Minproff, Madame le Ministre a reçu en audience Madame Aissa DOUMARA NGATANSOU, première lauréate du prix Simone Veil sur la lutte contre les Violences Basées sur le Genre (VBG) et le mariage précoce.

L’objet de sa visite était de présenter ce prix au gouvernement, par le biais du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille. Ce prix, qui lui a été décerné le 8 mars 2019 dernier à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, a été créé par le Chef de l’Etat français en hommage à l’ancienne ministre Simone Veil. Ce prix « de la République française pour l’égalité femmes-hommes » est appelé à distinguer chaque année une personnalité ou un collectif contribuant à faire avancer la cause des femmes dans le monde.

En ce qui concerne le processus qui a conduit à l’obtention de cette prestigieuse distinction, elle a fait savoir qu’il est le fruit d’un travail d’équipe constituée de petites filles de six ans, aux garçons, hommes et personnes de tout âge, mené dans la Région de l’Extrême-Nord dans le cadre de la lutte contre les violences faites aux femmes. En outre, en 1996 elle cofonde une section de l’Association de lutte contre les violences faites aux femmes (ALVF) dans la ville de Maroua, dont elle est aujourd’hui la coordinatrice. Selon l’heureuse lauréate, ce serait à travers les activités menées pour aider les femmes et filles victimes de violences, les clubs de filles, les associations de dénonciation, les réseaux créés ; les plateformes d’échanges auxquels elle a participé et ceux sur lesquels elle s’est faite enregistré au niveau sous-régional et international ; qu’elle a été sélectionnée pour ce prix de la République française.

L’audience s’est achevée par des chaleureuses félicitations de Madame le Ministre et de ses collaborateurs présents, une remise de cadeau et une photo de famille.

Un conseiller en élections au Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille

 Image2Le Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille a reçu le vendredi 01 juin 2018 à 12 heures 30 minutes, dans son cabinet ministériel,  Monsieur BILE BOUAH Mathieu, conseiller en élections-PNUD, qu’accompagnait Monsieur EMINI Séraphin du même organisme.

La raison de sa visite était de prendre connaissance des orientations et attentes du ministère dans le cadre du processus électoral en cours, les besoins, les modalités de collaboration pour assurer la participation effective des femmes et atteindre l’objectif de parité 50/50.

         Madame le Ministre a apprécié l’effort fait par le PNUD  au profit des cibles du Département ministériel dont elle a la charge. Pour ce qui est des élections, elle a mis l’accent sur la mauvaise utilisation des femmes en politique et est revenu sur les innovations contenus dans le nouveau code électoral qui exclu entre autres les listes uniquement masculines. Elle a évoqué les principaux handicaps qui entravent à l’épanouissement politique des femmes en politique à savoir : la peur, le manque de moyens, le manque de soutien. Elle a évoqué les progrès réalisés dans la société camerounaise malgré les poches de résistance. Elle a indiqué que le ministère intervient surtout dans la sensibilisation des femmes et a fait part l’actualisation du Manuel de formation politique des femmes compte tenu de la méconnaissance et de l’ignorance sur cet aspect.

Au sortir de cette audience, Monsieur BILE BOUAH s’est dit très édifié par les échanges. Il a rassuré son hôte sur les dispositions qui seront prises avec ONUFEMMES à propos des actions à mener au profit des femmes candidates dans le cadre du processus électoral en cours.

 

Revue à Mi-parcours des projets financés par la Banque Africaine de Développement (BAD) au profit du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (MINPROFF)

Image1Le vendredi 01 juin 2018, dans la salle de conférences du Département ministériel dont elle a la charge, Madame Marie-Thérèse ABENA ONDOA, Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille , a accordé une audience à une Délégation de la Banque Africaine de Développement (BAD) dans le cadre de la revue à mi-parcours des projets financés par la Banque Africaine de Développement (BAD) au profit du MINPROFF, sous la conduite de Monsieur N’KODIA Claude, Economiste-pays.

L’objet de la rencontre était de procéder à la revue à mi-parcours de la stratégie de la BAD au Cameroun, qui repose sur deux principaux piliers, à savoir :

  • Le renforcement des infrastructures en vue d’une croissance inclusive ;
  • La gouvernance sectorielle pour assurer la pérennité des projets et promouvoir les secteurs.

Des échanges l’on retient que 07 projets sont identifiés au profit des cibles du MINPROFF dans la cadre de la coopération avec la BAD, à savoir :

  1. Projet « Promotion du Genre et accélération de l’autonomisation économique des femmes», officiellement lancé en 2017 à Batchenga par le MINPROFF.
  2. 2-Route Yaoundé-Bafoussam-Bamenda pour les travaux de réhabilitation ainsi que l’aménagement des routes Maroua-Bogo-Maga-Pouss et Grand-Zambi-Kribi.
  3. Réhabilitation du tronçon Bamenda-Babessi et la construction de la boucle Bamenda-Kumbo-Nkambé-Wum-Bamenda : la Ring-Road dans le cadre du projet « Renforcement du pouvoir économique des femmes vivant le long du corridor Ring-Road Cameroon : Bamenda-Kumbo-Nkambé-Wum-Bamenda ».
  4. le projet « Central African Backbone» dans les Centres de Promotion de la Femme et de la Famille.
  5. le projet de Développement des Chaînes de Valeurs Agricoles, dont le lancement officiel a eu lieu le 24 avril 2017, et la signature de l’Accord d’Assistance Technique entre le Gouvernement de la République du Cameroun et ONUFEMMES s’est déroulée en février 2018 au MINADER.
  6. le Corridor Bamenda-Enugu.

Après avoir relevé la pertinence des interventions et actions du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille et réitéré la disponibilité de la BAD à accompagner le MINPROFF, les membres de délégation de ladite institution ont relevé que le principal problème rencontré dans la mise en œuvre des opérations de ladite institution au Cameroun, c’est la coordination du système national de suivi-évaluation.

A cet effet, ils ont suggéré aux responsables du MINPROFF de transmettre à la BAD, les difficultés rencontrées par le ministère dans le cadre de la mise en œuvre des projets pilotés par d’autres administrations au profit des cibles du ministère, car elles appellent des solutions idoines compte tenu de leurs objectifs stratégiques d’amélioration des performances dans chaque pilier de la stratégie de la BAD au Cameroun.

Cet organisme a réitéré sa disponibilité à accompagner le MINPROFF.

 

      New Horizon for Cooperation Ties

???????????????????????????????????? In theConference Hall of her ministry, the Minister of Women Empowerment and the Family, Marie-Thérèse ABENA ONDOA received  a five-man delegation of Gender experts from Slovenia and Italy comprising of Professor Aleksandra KAUPIO MICELA, Mrs Marosa GORTNAR, Head of the Gender Equality and Mrs Lydie COULIBALY Italian a trade unionist in charge of Gender issues and Professor Igor LUKSIC, former Slovenian minister of education, and Mr. Blaise NKFUNKON NDAMNSAH initiator of the project, on the 29th of June 2017.

 Issues raised during their discussions were based on the construction project of a National Gender Institute in Yaounde, sharing of experiences in handling gender issues in the field, training and refresher courses of staff amongst other matters.

According to the delegation, this project will create opportunities to collect defence mechanisms, policies, knowledge, information and to bring all actors together to improve on the position of women as a whole. In Slovenia for example, there are offices in charge of women’s issues and the fight for equal opportunities for the woman in the society. These offices are under the authority of the Ministry of labour, family and social affairs.

  Coordinators of gender equality are present in all state institutions and meet regularly for briefings, trainings and prepare their own action plans. Another point dealt with, was the economic empowerment of women aiming to end gender inequalities within the labour market.

As for the former Slovenian minister of education Professor Igor LUKSIC, he laid more emphasis on the positive points of the educational system of his country and stressed on the readiness of his country to invest in Cameroon in specific domains or sectors.

The Minster welcomed the idea and seized the occasion to brief her guests on the creation, functioning, objectives and achievements of her ministry. She noted that despite the gender and development studies offered at the Yaounde University I and Buea University,  her staff were also trained in India, China, South Korea, Turkey… There is still need to train staff in order to acquire more skills on gender strategies. In the long run, it will be easy dealing with challenges faced by the society such as female genital mutilation, early and forced marriages not forgetting widowhood rites. Some cultural mal practices constitute obstacles to the social wellbeing of the population. She thanked her guest for such a timely offer, and hopes this will strengthen cooperation ties between Slovenia and Cameroon. /-


Vanessa Raymonde  AMENDA TOUA: ENTRE REVE DE « LOUVE »

ET REALITE D’UNE VIE DE FONCTIONNAIRE DE POLICE

Cette jeune dame s’est bâti une destinée qui aujourd’hui, enseigne entre autres sur la persévérance, le courage et l’amour du travail.

EDSC_6864lle exprime déjà sa passion dès l’âge de 10 ans, dans le quartier où elle vit avec les autres enfants du coin.  Les gènes d’un père footballeur dirait-on? Amenda T. répond par l’affirmative lorsque FFM (Femmes & Familles Magazine) lui demande d’où lui est venue cette passion. Elle  révèle d’ailleurs que son père, footballeur lui-même est également président des arbitres de cette branche sportive. Entre 15  et 16 ans, elle intègre un centre de formation appelé : « Black qeens de Mfandena » où elle passe deux ans. Deux  autres  années passées au sein du Canon/Filles seront couronnées par la victoire où elle gagne la coupe du Cameroun. Son destin commence à se dessiner plus clairement lorsqu’il lui est proposé d’intégrer l’équipe des Louves MINPROFF. Pourtant bien que cela ne trouve pas l’assentiment de son père, qui voulait la voir prendre la voie de l’hôtellerie, elle séjournera pendant quelque temps  chez sa sœur aînée, puis le MINPROFF la prendra en charge. Elle sera donc logée par le MINPROFF, en même temps qu’elle suit sa formation en hôtellerie au Centre de Promotion de la Femme et de la Famille (CPF) de Yaoundé V. « Pour suivre mes entraînements, j’étais favorisée du fait que les formateurs du Centre savaient qu’à partir de 14heures, je devais être partie pour mes entraînements ». La suite que beaucoup n’attendaient pas l’amène à postuler à la police, et elle déposera le récépissé de son dossier de candidature au MINPROFF. Le résultat positif qui fait d’elle aujourd’hui, une fonctionnaire de la police camerounaise fait la fierté de ses parents, de la nation et même de la gent féminine. La jeune dame dit n’avoir pas abandonné sa passion car avoue-t-elle : « je pratiquais le foot même pendant ma formation à la police ». Une lueur brillant dans ses yeux dévoile son espoir de la conclusion d’un projet en cours dans son nouveau service, qui l’affecterait dans les jours prochains à la Direction des sports de la police. Cette jeune dame au parcours quelque peu atypique, pour encourager d’autres à persévérer dira qu’il faut penser à l’après-carrière de « star du foot ». Pour y arriver, la jeune fonctionnaire de police, dit qu’il faut « aimer le travail et le travail bien fait, être humble. Et par-dessus tout, avoir la foi et mettre toute sa confiance en celui qui peut tout, c’est-à dire Dieu qui est seul maître du temps et des évènements ». Et bien que son rêve de faire partie de l’équipe nationale de football féminin ne se soit pas réalisé, elle ne regrette pas d’être ce qu’elle est aujourd’hui. Elle dira d’ailleurs que c’est un grand honneur de servir sa patrie sous le drapeau.


Visite de courtoisie de Son Excellence Madame le Haut Commissaire de la République de Sierra Leone au MINPROFF

 DSC_5433 En visite officielle au Cameroun pour quelques jours, S.E.  Mme Haja Afsatu Olayinka Ebishola Kabba a présenté la copie figurée de ses Lettres de Créance à S.E. Monsieur le Ministre des Relations Extérieures, le jeudi 02 février 2017. La diplomate a été reçue en audience par Madame le MINPROFF, le vendredi 03 février 2017 dès 13 heures dans la Salle des Conférences du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille. La rencontre a permis  aux deux personnalités d'effectuer une prise de contact et surtout d'échanger sur les perspectives de collaboration entre les deux Etats en vue d'un partage expérience sur la protection des droits des femmes et des enfants. Après plus d'une heure riche en échanges, s'en est suivi un échange de cadeaux.  Madame le Ministre a pris congé de son illustre hôte tout en lui souhaitant un bon voyage.

Close