No announcement available or all announcement expired.

ATELIER DE FORMATION SUR LA GESTION DES CAS POUR LES PARTENAIRES TRAVAILLANT DANS LE DOMAINE DES VIOLENCES BASÉES SUR LE GENRE DANS LES RÉGIONS DE L’OUEST ET DU LITTORAL

ATELIER DE FORMATION SUR LA GESTION DES CAS POUR LES PARTENAIRES TRAVAILLANT DANS LE DOMAINE DES VIOLENCES BASÉES SUR LE GENRE DANS LES RÉGIONS DE L’OUEST ET DU LITTORAL

L’hôtel Futuris de Douala a abrité, du 02 au 04 avril 2019, un atelier de formation sur la gestion des cas pour le personnel du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (MINPROFF) et ses partenaires des Régions de l’Ouest et du Littoral, travaillant dans le domaine des violences basées sur le genre. Ledit atelier était organisé par le MINPROFF (dont une équipe des services centraux conduite par Madame MOTO Francisca, Sous-directeur de la Promotion du Genre, prenait également part aux travaux), avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA). Cette activité a été justifiée par le constat d’une adhésion insuffisante aux principes directeurs, y compris les principes de gestion de cas selon lesquels le survivant est l’acteur principal et le respect de ses souhaits doit lui garantir plus de pouvoir. Aussi, l’objectif principal de l’atelier était-il de renforcer l’action sur le terrain en matière de prévention et de réponse multisectorielle à la Violence Basée sur le Genre dans les situations d’urgence et d’élargir l’équipe de professionnels en VBG.

Au terme de la phase protocolaire de cette session de formation, plusieurs présentations ont pris le relais du déroulement des travaux sur des thématiques telles que les pratiques culturelles néfastes ; les principes directeurs et le référencement ; les modèles de programmes VBG dans la gestion de cas ; les procédures de gestion des cas ; la gestion de cas et les violences conjugales ; la gestion de cas et le support spécifique aux enfants survivants et enfin, la coordination et la supervision de la gestion de cas axée sur les survivants.

Chacune des thématiques présentées a débouché sur des échanges qui ont permis de dissiper les zones d’ombre découlant des préoccupations des participants.

Il est à noter que les cas pratiques dont la restitution se faisait en plénière, ont également accompagné les présentations sus-évoquées. L’assistance a eu droit à la projection d’une vidéo sur le viol des femmes en République Démocratique du Congo, dans le cadre du conflit qui y règne. Afin d’asseoir les notions de gestion de cas et de référencement, les participants se sont prêtés à un jeu de rôle.

En outre, en vue de produire la cartographie des services pour la prise en charge holistique des violences basées sur le genre, les participants ont été invités à renseigner par Départements, le tableau du recueil des informations sur les fournisseurs de services des Régions de l’Ouest et du Littoral.

L’essentiel de la cérémonie de clôture a porté sur la formulation des recommandations au rang desquelles :

  • éviter de victimiser les personnes ayant subi une quelconque forme de violence basée sur le genre ;
  • toujours avoir en mémoire que le but ultime des principes directeurs est de sauver des vies et pour ce faire, une synergie d’efforts (référencement) est impérative ;
  • éviter d’inciter la personne à la guerre car les conséquences de cet acte sont toujours destructrices et irréversibles ;
  • Chaque structure devrait faire son autoévaluation en vue d’avoir un aperçu général de ses faiblesses mais aussi de ses forces, dans le but de pouvoir remédier à un appui éventuel ;
  • Le MINPROFF et ses partenaires devraient déjà penser à une stratégie d’implémentation de la gestion des déplacés internes du Nord-ouest et du Sud-ouest.

 

MINPROFF

Close